SUIVEZ L’ACTUALITÉ DE LA CLINIQUE VÉTÉRINAIRE ONEVET



Les épillets

25 juin 2018
big-609_2337-les-epillets-dans-le-pelage-du-chien.jpg

Dès qu’arrive le printemps et durant tout l’été, une herbe sèche est particulièrement à redouter : l’épillet. Il s’agit d’un épi se détachant de sa tige en séchant. Les épillets sont présents aussi bien dans les champs que dans certaines pelouses. Ils s’incrustent sous la peau ou entrent dans les orifices. Car cette herbe a la particularité de « voyager ». A défaut de repérer sa présence rapidement, cela peut avoir de lourdes conséquences sur la santé de votre chien ou chat et occasionner des frais vétérinaires élevés.

 

 

L’épillet entame alors une progression qui s’effectue toujours dans le même sens du fait de son extrémité pointue. Cette dernière lui permet sans mal de perforer les tissus, donc la peau. Car l’épillet « voyage ». C’est pour cela que cette graine de graminée sauvage est aussi appelée « espigaou », « voyageur » ou folle avoine…

Lorsque que l’épillet se loge au niveau des coussinets, cela peut entraîner une boiterie que le maître remarquera aisément. L’épillet peut fort bien, à cet endroit du corps, pénétrer sous la peau pour « faire » ensuite son voyage.

Si un abcès peut être remarqué, la plaie n’est toutefois pas toujours très bien visible, notamment après quelques jours.

Quant aux autres endroits, cela reste tout aussi difficile à déceler. Seul le vétérinaire, en pratiquant une auscultation approfondie voire des examens complémentaires (comme une échographie, endoscopie, voire un scanner) pourra en confirmer de la présence. Cela peut imposer une anesthésie de l’animal.

Ce sont quelques signes et attitudes qui peuvent alerter le maître :

  • éternuements répétés, avec ou sans saignement de nez, ce qui dans ce dernier cas est d’autant plus inquiétant)
  • œil rouge ou « pleureur »,
  • secouement de tête
  • léchages excessifs…
  • la présence d’un épillet lorsqu’il génère un abcès peut aussi provoquer de la fièvre.

Il ne faut pas sous-estimer tout signe ou attitude anormale chez le chien ou le chat qui peuvent apparaître, même si rien n’est visible. Bien entendu, un épillet n’en sera pas obligatoirement la cause, car ces symptômes ne sont pas propres à sa présence. Mais dans le doute mieux vaut consulter le vétérinaire sans attendre.

La prise en charge doit être rapide, car l’épillet peut laisser de graves séquelles.

  • S’il pénètre par le nez, c’est aux voies respiratoires qu’il pourra ensuite s’en prendre (poumons, bronches).
  • Par les yeux, il peut blesser la cornée et provoquer une ulcération.
  • Par les oreilles, c’est le conduit auditif qui est touché et une inflammation (otite) peut être à craindre, avec des lésions possibles du tympan que l’épillet peut perforer.
  • Pour ce qui est des voies génitales, l’épillet occasionne des vaginites par exemple chez la femelle.

 

 

Comment protéger le chien ou chat contre les épillets ?

Pour le chat qui a accès à l’extérieur, les choses ne sont pas simples. Sauf une inspection régulière au retour de l’animal permettra de s’assurer de l’absence d’un épillet. Tant soit peut qu’il sera possible de le repérer et qu’il n’a pas déjà fait son « voyage ».

Chez le chien, lors des promenades, les vétérinaires recommandent dans les champs par exemple, de tenir l’animal en laisse. Là non plus, pas toujours très pratique ou agréable pour l’animal !

Pour le chien également, une inspection minutieuse constitue l’un des moyens de prévention pour intervenir à temps. De la tête à la queue en passant par les coussinets, l’anus, la vulve, etc.

Les chiens à oreilles tombantes sont à surveiller tout particulièrement au niveau de cette partie du corps.

Il est aussi possible pour l’été de procéder à une coupe de poil. Cela est particulièrement recommandé » pour les chiens à poils longs et/ou frisés.

 

Présence d’épillet : pas d’automédication

Si malgré toutes les précautions prises, votre chien ou chat présente un symptôme (boiterie, éternuement, œil qui pleure…), ne procédez pas à l’automédication. Cela risque d’empirer les choses et de retarder par la suite la prise en charge et la bonne guérison de l’animal. Et ce même si vous pensez avoir retiré un épillet repéré. Car, et c’est souvent le cas, il peut toujours en rester des parties présentes.

 

 

Articles récents

Deux cliniques, une équipe

RDV et urgences

Un seul numéro

Tél. 04 50 42 12 34

Clinique du Crêt de la Neige

Rue des châlets 01630 Saint-Genis-Pouilly

Clinique des Floralies

Rue du Breu 01710 Thoiry

Actus, conseils, alertes :

Copyright Oxane-VetactionConseil 2017.